Thomas Ostrowiecki

DSC_5518

 

Thomas Ostrowiecki est un percussionniste polyvalent. Il passe avec aisance d’une culture musicale à l’autre et maîtrise aussi bien les percussions orientales (daf, rek, bendir, derbouka), que brésiliennes (pandero), espagnoles (flamenco) (cajon), ou africaines (djembé, tambour à aisselle).
Il étudie la batterie jazz au CIM avec Georges Pacynski puis va parcourir le monde (Afrique de l’Ouest, Brésil, Turquie, Maroc..) pour étudier les percussions traditionnelles, notamment avec Magid Khaladg.
Sa curiosité artistique l’amène à travailler dans des contextes aussi variés que les musiques traditionnelles , la chanson, le  rock, les musiques improvisées…
Il travaille depuis quinze ans dans des domaines aussi divers que les musiques du monde (Souad Massi, Angélique Ionatos, Titi Robin, Fathy Salama,Safy Boutella , Angélique Kidjo, So Kalmery…), la chanson (Bernard Lavilliers, Mano Solo, Ute Lemper…), le rock et la scène alternative (Sergent Garcia, Nouvelle Vague, Osteti..), les musiques improvisées (Jean-François Zygel, Elise Caron, David Venituci, Chris Hayward )aussi bien sur  des scènes  prestigeuse qu’en studio. Passionné d’architecture sonore et d’arrangements percussifs originaux, il compose régulièrement pour la radio (RFI, France Culture..), le film documentaire et  le court-métrage (Le souffle des ancêtres de Pascal Vuillemot..). Il enregistre avec Sergent Garcia trois albums:  «Un poquito quema’o» , «sin frontieras» et «la semilla escondida» ; Mano Solo  l’album « Animals » , avec lequel il tourne pendant plus d’un an ; le groupe Nouvelle Vague l’album « Bande à part » ;le chanteur Bernard Lavilliers,avec lequel il assure la tournée « Un samedi soir à Beyrouth » en 2008, ainsi que la tournée « causes perdues et musiques tropicales », Maoré Baco, l’album « Kinky Station »,qu’il coréalise…